Le masque de la terreur

Article : Le masque de la terreur
5 octobre 2020

Le masque de la terreur

Le Covid-19 tue plus dans certains coins du monde, en Afrique notamment. Le non port du masque est devenu un péché mortel. Car celui qui ne porte pas le masque payera au prix de sa vie. La congolaise Merveille Bazonzela a été arrêté, tabassée et morte après son interpellation par les gendarmes à Nkayi en République du Congo. Son infraction : le non port du masque. Cette scène tragique, qui rappelle la mort de Georges Floyd, met à nu la barbarie et la cruauté de ceux censés protéger le paisible citoyen.

Le masque étouffant Merveille

Ils ont ôté la vie d’une femme, espoir d’une nation. Si éduquer une femme est éduquer une nation, tuer une femme, c’est tuer une nation. Les policiers n’avaient pas seulement tué la jeune Bazonzela, ils ont anéanti avec elle beaucoup d’espoir : l’espoir d’une nation entière. Sa famille perd une jeune de 23 ans, à fleur d’âge. Quel gâchis pour la nation congolaise ! Quel gâchis pour l’Afrique qui compte sur sa jeunesse !

Pourquoi les policiers et les gendarmes créent la terreur plutôt que d’assurer la sécurité ?

La non-maitrise du code de la déontologie des corps armés.

À quoi s’attendre si des individus s’engagent dans les forces de sécurité non pas pour assurer la sécurité des personnes et de leurs biens, mais juste pour se venger des policiers qui les ont matraqués lors d’une manifestation ou verbalisés dans un poste de contrôle routier ? C’est ce qui se passe dans la plupart des pays africains. Certains policiers et gendarmes effraient plus que les bandits, car ces derniers traitent avec hargne le paisible citoyen. Dans les locaux de la police, le citoyen subit toutes sortes de mauvais traitements. Où est la dignité humaine ?

Une force de l’ordre indigne

Les policiers les moins rancuniers sont des fantaisistes. Ils piétinent les paisibles citoyens et se croient supérieurs à tout le monde. Ainsi, tous les prévenus deviennent coupables et sont traités comme tels. Souvent, les garde-à-vue durent des jours dans les commissariats ou même des petits postes de police. Ce qui est une violation flagrante de la loi, suivant le code de procédure judiciaire.

Nos États africains dirigés par des dirigeants autocrates recrutent des jeunes dans les corps armés, les forment et les dotent de matraques, des gaz lacrymogènes. Leur principale mission : réprimer les manifestations, matraquer les paisibles citoyens à la moindre occasion (lors d’une interpellation par exemple). Ces derniers sont des opportunistes.

Justice pour Merveille

La plupart des policiers et gendarmes sont soit des anciens maquisards reconvertis, soit des analphabètes recrutés par le remplacement numérique : une procédure qui consiste à remplacer les officiers morts par des diplômés. Quels diplômés, mon œil ! Les cousins et les frères des officiers supérieurs sont automatiquement recrutés. Une fois en tenue, ces derniers deviennent des « soldats s’en fou de la mort des autres ».

Je suis indigné par cet acte abject des hommes en tenue. Au nom de la justice universelle, je demande justice pour Merveille.

Partagez

Commentaires